État d’urgence décrété : vers un coup d’État silencieux ?

Le bilan des attentats perpétrés cette nuit en différents points de la capitale est l’un des plus lourds de ces cinquante dernières années : 120 personnes tuées et 200 blessées dont 80 dans un état grave. La sidération qui suit ce genre d’événements est peu propice à la réflexion mais plusieurs enseignements peuvent en être tirés.

Cet attentat, comme sans doute les précédents, apparaît lié à l’intervention militaire de la France en différents points, en particulier en Syrie. Selon l’un des témoins présents au Bataclan, les assaillants ont explicitement mis en cause la politique de la France au Moyen-Orient : « Je les ai clairement entendus dire aux otages ‘C’est la faute de Hollande, c’est la faute de votre président, il n’a pas à intervenir en Syrie ». « Ils ont aussi parlé de l’Irak », comme l’a rapporté un animateur radio et TV qui se trouvait dans la salle. Le président Syrien a d’ailleurs tracé un parallèle entre la situation en France et celle en Syrie. Selon lui, notre pays vient tout simplement de vivre ce que « vit la Syrie depuis cinq ans ». Ce que nous anticipions il y a deux an est aujourd’hui vérifié : les djihadistes que l’on a laissé partir en Syrie en espérant s’en débarrasser reviennent aujourd’hui sur notre territoire, armés et entraînés et cet attentat sera probablement suivi par d’autres.

Ensuite, force est de constater que la plupart des lois liberticides promulguées depuis  trois ans se sont révélées inefficaces pour éradiquer la menace terroriste car elles ciblent avant tout la contestation politique. C’est ce que nous prévoyions au moment du vote de la loi antiterroriste de l’automne 2014 et de la loi sur le renseignement de mai dernier. Parfaites pour mettre à mal la démocratie et les libertés publiques mais totalement inopérantes face au risque djihadiste.

Devant un tel fiasco, une question vient inévitablement : à qui profite le crime ? Et la réponse ne fait guère de doute : au système de domination qui ne pourra que sortir renforcé de cette nouvelle union sacrée belliqueuse et islamophobe.

4467683_11-1-794107950_545x460_autocrop

Les attentats se suivent et apparaissent comme autant de fenêtres d’opportunité dans lesquelles s’engouffrent le pouvoir exécutif pour mettre à mal les libertés publiques. Celui de Charlie Hebdo avait déjà provoqué un cortège de mesures liberticides sans précédent dans le cadre de loi sur le renseignement. Mais un cran vient d’être franchi avec ceux de la nuit dernière puisque l’état d’urgence vient d’être décrété sur le territoire français. Rappelons que cette mesure d’exception réduisant les libertés fondamentales et renforçant les pouvoirs de police n’a été appliquée qu’à cinq reprises dont quatre dans un contexte de guerre coloniale : trois fois pendant la guerre d’Algérie (avril 1955, mai 1958 et avril 1961) et une fois pendant la guerre en Nouvelle-Calédonie (décembre 1984). Elle a été activée pour la dernière fois par Nicolas Sarkozy le 8 novembre 2005 au cours des violentes émeutes qui avaient agité la France. Son but officiel est de libérer l’armée des contraintes juridiques du temps de paix et de renforcer le pouvoir de l’exécutif et des forces de l’ordre. Celles-ci pourront désormais :

  • interdire la circulation de personnes ou de véhicules et instituer des zones où le séjour des personnes est réglementé,
  • interdire l’accès à un département à toute personne cherchant à entraver, de quelque manière que ce soit, l’action des pouvoirs publics,
  • assigner à résidence toute personne dont l’activité s’avèrerait dangereuse pour la sécurité et l’ordre public,
  • ordonner la fermeture provisoire des salles de spectacle, débits de boissons ou autres lieux de réunion et interdire les réunions de nature à provoquer ou à entretenir le désordre,
  • obliger les propriétaires d’armes à les remettre aux autorités,
  • mener des perquisitions à domicile de jour et de nuit,
  • prendre  des mesures pour assurer le contrôle de la presse et des médias.

Contrôle des déplacements et des citoyens, censure et réductions des libertés publiques… Si toutes ces mesures comme les précédentes n’empêcheront probablement pas d’éventuels terroristes de passer à l’acte, elles lamineront en revanche la démocratie en faisant sauter les derniers garde-fous qui la protègent encore de l’arbitraire du pouvoir politique.

 Voir ici une interview à propos de mon dernier ouvrage, La République contre les libertés.

Advertisements

9 réflexions sur “État d’urgence décrété : vers un coup d’État silencieux ?

  1. slt nicolas

    je suis d accord avec tes conclusions l aristocratie de basse cour de franconie veut s s arroger un pouvoir diktatorial pour se donner les mains libres au proche orient et en afrique pour les operations neocolonniales du marechal jean yves peau de fesse

    a mon tres humble avis en matiere de politique interieure ils se tirent une balle dans le pied car ca va exacerber les mecontentements et se retourner contre eux

    ils peuvent croire maitriser le petit peuple apres l avoir provoque a l insurrection neanmoins sans avoir lu machiavel il semble evident qu a force de souffler sur la maree contestataire leurs digues repressives vont ceder sous un raz de maree

    relaye sur r i

    http://reseauinternational.net/le-communique-de-lelysee-que-vous-ne-lirez-pas/

  2. Bonjour Monsieur Bourgoin, je vous suis depuis plusieurs années. Il me semble que tout ce cirque n’a d’autre but qu’un coup d’Etat permanent constitutionnel, et il est évident que de droite à gauche, les réseaux occultes sont à la manœuvre pour parvenir à leur fin. Je ne peux m’empêcher de penser aux réseaux synarchistes qui avaient préparé la contre révolution de 1940.

    De la même manière que les mondialistes derrière Pétain avaient besoin d’habiller de la légalité le régime de l’Etat français, aujourd’hui, le coup d’Etat Constitutionnel en cours va permettre aux réseaux derrière Hollande d’avancer à marche forcée dans leur agenda et légalement. Un peu caricatural je vous l’avoue, mais je ne peux m’empêcher de faire le rapprochement.

    Cette affaire est beaucoup plus grave que ces dizaines de cadavres dans nos rues tués par des abrutis manchous ou des mercenaires proxys.

    Il y avait une autre équipe en Mercedes pour allumer les terrasses, probablement l’équipe de mercenaires qui encadraient les abrutis endoctrinés et sacrifiés :

    http://www.mirror.co.uk/news/uk-news/paris-attack-witness-says-black-6834503

    Nous sommes clairement entrés dans l’ère du management par la terreur, de la stratégie du choc, d’abord sécuritaire qui s’amplifiera par un choc économique qui renverra la classe moyenne au servage.

    COUP D’ETAT EN COURS, FIN DES LIBERTES PUBLIQUES, LISSENKISME CLIMATIQUE, CAMPAGNE DE TERREUR, GLADIO2.0, OTAN, TAFTA, TISA, TPP, ONU, FMI, DESTRUCTION DE LA CLASSE MOYENNE.

    D’accord avec Asselineau, UMP, PS, FN complices (mêmes réseaux).

    Il leur suffira de secouer encore un peu le cocotier pour que la majorité implore la dictature, comme Kissinger l’avait envisagé.

    Nous autres sommes déjà depuis la découverte de la supercherie de 2001 dans les catacombes.

    Les socialauds d’aujourd’hui sont les néocons français. Pas mieux à l’UMP ou au FN. unanimisme d’intérêts face à des divergences de façade.

    BUSH – HOLLANDE – SARKOZY – LEPEN MEME COMBAT !

    Parlement : ils vont nous vendre aux mondialistes comme ils ont vendu la France aux nazis en 40.

  3. Projet de réforme pénale : verrouillage sécuritaire et dérive néo-conservatrice. – Nicolas Bourgoin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s