Racisme, sexisme… et burkini (par Caroline Andréani)

Militante communiste, féministe et antiraciste, l’affaire du burkini – qui dans un premier temps m’avait abasourdie tellement elle suintait la manipulation politique grossière – me laisse aujourd’hui une impression glaçante.
Que quelques dizaines de femmes, à l’échelle d’un pays de 65 millions d’habitants, choisissent d’aller à la plage avec un vêtement qui leur couvre le corps, voilà de quoi créer une polémique nationale ! Dans les années 60-70, la polémique portait sur les femmes seins nus sur les plages. À cinquante ans de distance, quelques maires, Les Républicains comme socialistes, désignent à la vindicte populaire des femmes dont le crime est de vouloir profiter des plages sans s’exposer.

2025589081-1728x800_c

Lire la suite

La question identitaire, nouvelle imposture socialiste (par Bruno Guigue).

Stratège néo-vichyste d’un PS en putréfaction, Manuel Valls nous avait prévenus. L’élection présidentielle de 2017, disait-il, se jouera sur la « question identitaire ». Qui s’en souvient ? Personne, mais les faits parlent d’eux-mêmes. Sur le plan économique et social, celui où se déroule la vie quotidienne des Français, la gauche de gouvernement a trahi toutes ses promesses de campagne. Elle s’est vautrée dans la compromission avec cette oligarchie financière contre laquelle elle vitupérait pour épater la galerie lors des meetings électoraux. On a dit que le « Cartel des gauches » (1924) s’était fracassé sur le « mur d’argent ». Avec François Hollande, aucun risque : le mur d’argent, il s’est contenté de le repeindre. Des cadeaux fiscaux au patronat (contre de vagues promesses) à la capitulation en rase campagne devant le diktat néo-libéral (Loi-travail), M. Hollande aura laissé dans notre histoire une empreinte molle et visqueuse comme sa politique. Avec son air ahuri, il sera passé maître dans le seul exercice où il excelle : suivre le courant dominant. Autosatisfait compulsif, il aura porté à l’absolu la sujétion du pouvoir politique aux puissances d’argent.

2048x1536-fit_des-manifestants-identitaires-lors-de-la-marche-pour-la-libert-du-bloc-identitaire-lyonnais-le-14

Lire la suite

Guerre à l’Islam !

La psychose anti-burkini a au moins un mérite : démontrer par l’absurde la stratégie du pouvoir visant à attiser les communautarismes. Diviser les classes populaires en désignant un bouc émissaire est toujours une recette utile à l’heure où  la France comme le reste de la zone euro est plus que menacée par la récession économique. Parallèlement au front géopolitique (guerre militarisée contre la Syrie) et au front national (lois discriminatoires anti-musulmans), un troisième front s’est même ouvert : celui des municipalités qui légifèrent contre le burkini présentée comme une menace pour la sécurité (!), l’arrêté pris en Corse semblant faire boule de neige. Et les deux derniers fronts ont fusionné, Manuel Valls ayant apporté son soutien aux maires qui veulent chasser des plages de France le burkini (et les musulmanes qui le portent par la même occasion), en affirmant que cette tenue  était la traduction vestimentaire d’un projet politique dangereux. Emboîtant ainsi le pas à la ministre du droit des femmes, Laurence Rossignol, en guerre contre la mode pudique permettant aux femmes musulmanes de se vêtir conformément à leurs valeurs. Les mêmes arguments faisant toujours recette, Manuel Valls a enfoncé le clou en assimilant burkini et asservissement de la femme.

Pourquoi autant de haine ? Réactiver la fiction d’une communauté nationale par la discrimination d’un groupe mis au ban de la société rejoint évidemment le discours de la droite dure qui fantasme sur les racines chrétiennes de la France. Il valide aussi la thèse du choc des civilisations chère à l’extrême-droite sioniste. Mais attiser la haine des Français dits de souche contre les musulmans répond peut-être à un projet moins avouable : pousser à bout les musulmans et voir se multiplier les agressions insensées et imprévisibles visant les quidams à l’image de ce qui s’est passé à Nice. Avec un bénéfice de taille pour le pouvoir : justifier une guerre militarisée contre la Syrie et pourquoi pas demain contre l’Iran, serrer encore le verrou sécuritaire avec de nouvelles lois liberticides et en prime faire grimper le Front National pour tenter de faire barrage à la droite en 2017.

burkini-3572477unzge

En 1972, le sociologue Stanley Cohen théorisait ainsi le concept de « panique morale » : la « panique morale » est une réaction à un danger imaginaire ou amplifié. Elle surgit quand « une condition, un événement, une personne ou un groupe de personnes est montré (par les élites, la presse ou le peuple) comme une menace pour les valeurs et les intérêts d’une société ». Elle met en présence deux acteurs majeurs : les « chefs moraux » (moral entrepreneurs) initiateurs de la dénonciation et les « démons populaires » ou « boucs émissaires » (folk devils), personnes ou groupes de personnes désignés à la vindicte collective. Souvent liée à des controverses, elle est alimentée par une couverture médiatique intense qui en donne souvent une image stéréotypée ou grossie et qui contribue à la faire exister en tant que problème digne d’attention… et de préoccupation. L’origine immédiate est souvent un « fait divers » qui suscite l’effroi, provoque l’indignation collective au nom de la norme dominante et pointe un bouc émissaire individuel ou collectif. L’événement est non seulement amplifié par les medias mais encore présenté comme annonciateur de répliques ou symptôme d’une tendance générale. Cette campagne donne le champ libre aux entrepreneurs de morale qui se saisissent de cette opportunité et contribuent ainsi à produire un nouvel agencement politique. Partant d’un événement parfois exceptionnel qui sert de « fenêtre d’opportunité », ce que Stanley Cohen appelle la « déviance initiale » (initial deviance), « la panique morale peut produire des changements dans les lois, les politiques publiques ou même dans la manière dont la société se conçoit ».

Dans les années 1960, les bandes de jeunes effrayaient le bourgeois, aujourd’hui c’est la femme en burkini qui effraie la nudiste mais la mécanique est évidemment la même. Avec une différence de taille, lié à l’enjeu même de la discrimination. Il s’agit ici de chasser progressivement les musulmans des espaces publics sous couvert de défense de la laïcité (à géométrie variable) en leur donnant un statut discriminé. Depuis le début des années 2000 et le tournant initié par la « nouvelle laïcité » sur fond de guerre contre le terrorisme, les lois anti-musulmanes s’enchaînent à un rythme qui ne faiblit pas. Jusqu’à quand ?

Comment les élites ont fabriqué le « problème salafiste »

Bis repetita placent. Invité à clôturer la journée de conférences et de débats sur «l’islamisme et la récupération populiste en Europe», organisée par le forum «Le Sursaut», Manuel Valls a, une énième fois, considéré que le voile « n’était pas un objet de mode mais un asservissement de la femme ». Cette déclaration fait écho aux propos racistes de la ministre des droits des femmes assimilant les femmes qui choisissaient de porter le voile « aux nègres américains qui étaient pour l’esclavage. » On peut bien sûr voir dans cette ostracisation la dernière carte d’une équipe gouvernementale en déroute. La stratégie du bouc émissaire ou du diviser pour mieux régner et toujours rentable dans les périodes de crise pour dédouaner les vrais responsables (qui ne sont évidemment pas musulmans…). Mais cette haine anti-Islam rejoint un projet politique plus vaste : lever les derniers obstacles qui s’opposent encore à la mise en place d’un capitalisme globalisé.

5686645_valls-corsan_545x460_autocrop

Lire la suite

Islamophobie en hausse : l’effet Charlie ?

Les djihadistes et leurs commanditaires ont d’ores et déjà atteint l’un de leurs objectifs : monter une partie des Français contre les autres. Jugés collectivement responsables des attentats de janvier et de novembre par tout un pan de la classe politique et des médias sous contrôle, les musulmans sont la cible d’agressions physiques ou verbales en nombre croissant. Le constat que nous faisions il y a exactement un an garde toute son actualité : la haine anti-Islam ne fait que progresser dans notre pays et elle a été particulièrement virulente pendant le premier semestre et à la fin de l’année 2015, en particulier au moment des manifestations de soutien aux victimes de Charlie Hebdo et du Bataclan. Elle est plus largement le résultat de politiques discriminatoires faisant des musulmans des citoyens de seconde zone : pénalisation du port de signes religieux, contrôles policiers au faciès, discrimination à l’embauche. Les musulmans sont aujourd’hui de vrais parias et cette situation ne semble pas gêner l’exécutif qui ne ménage pas sa peine pour les stigmatiser toujours plus sous couvert de défense de la laïcité. Comme le rappelle Raphaël Lioger, l’islamophobie est soutenue et même encouragée par l’État qui cherche à tirer profit du choc des civilisations. La question que nous posions il y a un an garde aussi son actualité : à qui donc profite le crime ?

7310563-11244826-1

Lire la suite

Guerre en Syrie, révision de la Constitution et lois discriminatoires : que cache la fuite en avant de François Hollande ?

Effet d’aubaine, les attentats du 13 novembre donnent les mains libres à l’exécutif pour négocier un virage ultra-sécuritaire en s’assurant du soutien de l’opinion publique. Le scénario est rodé – acte de terrorisme, médiatisation à outrance et réaction sécuritaire – mais la réponse surprend cette fois par sa brutalité et son ampleur inédite. Constitutionnalisation de l’état d’urgence, offensive anti-musulmane sur le front intérieur et guerre militarisée sur le font extérieur. Au-delà de l’incohérence de la diplomatie française, de l’islamophobie  des responsables politiques et de l’instrumentalisation de la menace terroriste à des fins sécuritaires, se cache un projet désormais avoué par le chef de l’État lui-même : mener une guerre de civilisation contre le monde musulman, suivant ainsi le sillon tracé par l’admininistration Bush au lendemain des attentats du 11 septembre. Les effets de cette politique sont connus : effondrement économique, tensions géopolitiques et chaos migratoire. Trois maux qui ne font qu’alimenter la menace terroriste. Mais à qui donc profite le crime ?

XVM569604d8-8cae-11e5-b3ea-85458003f3c5

Lire la suite

Contrôles au faciès, les raisons d’un acharnement politique.

On s’en souvient (peut-être), c’était l’une des nombreuses promesses du candidat Hollande vite enterrées : la délivrance systématique d’un récépissé à chaque contrôle d’identité. Le gouvernement socialiste avait rapidement renoncé à cette mesure sous la pression des syndicats de policiers qui avaient vu dans ce formalisme imposé une suspicion à l’endroit des forces de l’ordre, soupçonnées de réaliser leurs contrôles sur des critères ethniques.
Le choix du gouvernement de se pourvoir en cassation contre la décision de la cour d’appel de Paris du 24 juin dernier condamnant l’État pour «faute lourde» en raison de contrôles d’identité discriminatoires est un nouveau palier franchi dans l’échelle des renoncements. Et les conséquences sont prévisibles : en supposant que les principes d’égalité et de non-discrimination ne s’appliquent pas aux contrôles de routine, le gouvernement légalise de fait les contrôles au faciès en donnant un blanc-seing aux policiers. Une manière originale de fêter le dixième anniversaire des émeutes de 2005 dont l’origine était justement un contrôle d’identité ayant mal tourné ? Ce hasard de calendrier n’en est sans doute pas un.

Controles-facies-

Lire la suite