Taper toujours et encore sur le musulman, un exutoire ?

La charte de la laïcité de Vincent Peillon fait ses premières victimes. Le 21 novembre dernier, un goûter de Noël a été purement et simplement annulé par une directrice d’école pour cause de maman voilée venue aider bénévolement (voir ici). Pas de signes ostentatoires de religion pendant le temps scolaire, précise la circulaire (voir ici), à ceci près que l’injonction de laïcité semble exclusivement s’adresser aux musulmans (voir ici). Elle conduit dans le cas présent à refuser à une mère de famille de pénétrer dans l’enceinte scolaire. Cette histoire démontre par l’absurde le non-dit des intégristes de la laïcité : désigner un bouc émissaire pour faire diversion face aux vrais problèmes et in fine diviser pour mieux régner. Quels enseignements peut-on en tirer ? Lire la suite

Publicités

UE : effondrement économique, chaos social et dictature policière.

Dans le plus grand secret est née une véritable machine de guerre contre les peuples, aux pouvoirs démentiels : l’Eurogendfor (en Français : Force de Gendarmerie Européenne). Créée en septembre 2004 et rendue opérationnelle en juillet 2006, cette unité d’intervention spéciale qui cumule les compétences de la police, de la police judiciaire, de l’armée et des services secrets est composée de 3.000 hommes déployables dans les 30 jours, y compris au-delà des frontières de l’Union, afin d’assurer des missions de maintien de l’ordre et de « gestion de crise ». Ses agents peuvent, lors de troubles sociaux ou de manifestations majeures de longue durée, utiliser des armes à feu contre les populations (grâce au Traité de Lisbonne qui permet aux forces de l’ordre d’infliger la mort aux émeutiers dans le cas où celle-ci résulte « d’un recours à la force rendu absolument  nécessaire » (article 2-2)), mettre des zones entières sous quarantaine militaire et retirer les meneurs de la circulation (voir ici)… sans êtres inquiétés pour d’éventuelles bavures, l’Eurogendfor ne pouvant être poursuivi en justice grâce à ses autorisations exceptionnelles, civiles et militaires. Ainsi, tous les bâtiments et tous les terrains qui sont pris par les troupes sont exterritorialisés et ne sont plus accessibles mêmes pour les autorités de l’Etat dans lequel la troupe intervient, ce qui revient de fait à suspendre le droit national en cas de lutte anti-émeute. Début 2012, elle a été envoyée en Grèce pour réprimer la contestation sociale et les manifestations contre les politiques d’austérité (voir ici). Parallélement au renforcement des politiques sécuritaires menées dans la plupart des états occidentaux depuis les attentats du 11 septembre sous couvert de « guerre contre le terrorisme », se met en place une politique de sécurité à l’échelon européen. Mais celle-ci est bien antérieure et a débuté avec la crise… du premier choc pétrolier. Lire la suite

Que cache l’obsession anti-Islam de Manuel Valls ?

Toutes les occasions paraissent bonnes à Manuel Valls pour s’en prendre à l’Islam : campagnes islamophobes antivoiles (voir ici), interdiction d’une manifestation contre un film raciste antimusulman (voir ici), promotion agressive de la laïcité contre la communauté musulmane, politique d’expulsion massive des Roms (voir ici), déni de l’islamophobie (il récuse d’ailleurs le terme même) et allégeance marquée à Israël (voir ici). Lors du meeting du 27 novembre à la mutualité pour « défendre la République contre les extrémismes » il est allé jusqu’à mettre sur le même pied Front National et communautarisme religieux – musulman  (voir ici à 2’05). Entendre de tels propos d’un responsable politique de gauche aurait été impensable il y a seulement une quinzaine d’années. Il est vrai que Manuel Valls cultive une image iconocaste qui le met parfois en porte-à-faux avec son propre camp politique, par exemple quand il parle de « déverrouiller les 35 heures », de mettre en place la TVA « sociale » imaginée par la droite ou encore d’allonger la durée de cotisation retraite. Ce qui lui avait valu de s’attirer les foudres de Martine Aubry il y a quelques années (voir ici). Mais qu’en est-il à propos de l’Islam ? L’islamophobie professée et pratiquée par Manuel Valls serait-elle étrangère à la ligne politique du PS ? Pas si sûr.

Lire la suite