La nouvelle loi antiterroriste est liberticide et inefficace !

La loi « renforçant les dispositions relatives à la lutte contre le terrorisme » vise à répondre aux nouveaux parcours de radicalisation et aux nouvelles formes de terrorisme auxquels ne serait plus adaptée la législation actuelle, en particulier à la multiplication de « loups solitaires » se formant individuellement sur Internet. Plus concrètement, ce texte veut conjurer la menace représentée par l’augmentation des départs de djihadistes vers la Syrie et l’Irak, notamment dans les rangs de l’Etat islamique – l’effectif recensé des Français impliqués dans ces filières, qu’ils soient sur place, en transit ou déjà revenus, a bondi de 75% depuis le début de l’année et atteint aujourd’hui 930 personnes – tout en donnant des moyens supplémentaires pour surveiller les djihadistes de retour en France. « Le texte vise à répondre à l’évolution de la menace en intensité, car le creuset syrien alimente une menace sans commune mesure avec ce qu’on a connu, par le nombre, par la façon d’agir diffuse et par la prégnance du numérique », explique-t-on au ministère de l’Intérieur. La raison avancée peut surprendre quand on connaît par ailleurs le soutien politique et l’aide militaire que le gouvernement français a apporté en sous-main aux rebelles combattant le régime de Damas, véritables alliés diplomatiques de la France – celle-ci fournit d’ailleurs le plus gros contingent de djihadistes occidentaux, près d’un tiers du total. La cible djihadiste semble bien n’être qu’un nouveau prétexte pour renforcer les dispositifs sécuritaires en vigueur dans un contexte d’aggravation de la crise et de montée en force de la contestation sociale, d’autant plus que la plupart des attentats sur le sol français ou européen ne sont pas le fait des islamistes mais des séparatistes régionaux. Mais si les lois antiterroristes déjà promulguées ont fait la preuve de leur inefficacité pour combattre le terrorisme, la preuve en est qu’il en faut une de plus, elles ont en revanche permis aux différents gouvernements de renforcer la surveillance et le contrôle des populations. Lire la suite

Valls 2 : un gouvernement de combat au service du mondialisme

Pacte de responsabilité, réforme territoriale, projet de loi sur la croissance, travail dominical, … les coups pleuvent comme jamais sur les classes populaires. Le gouvernement met les bouchées doubles pour liquider le modèle social français de l’après-guerre. Il a d’ores et déjà prévu de procéder par ordonnance pour faire passer les dossiers les plus épineux. Manuel Valls avait d’ailleurs annoncé la couleur en promettant il y  a quelques semaines du « sang et des larmes » pour cette rentrée… bien évidemment en épargnant le grand patronat, ce qui lui a valu une standing ovation à l’Université d’été du MEDEF. Le remaniement ministériel suite au départ de certains frondeurs du PS – minime par son ampleur (seuls 4 ministres ont été remplacés) mais lourd de conséquences politiques – est un signe de cette fuite en avant. La nomination d’Emmanuel Macron, banquier d’affaires chez Rotschild et membre du groupe Bilderberg au poste-clé de Ministre de l’économie, est un signal envoyé aux marchés financiers et à Bruxelles au moment où la France éprouve des difficultés à satisfaire ses engagements en matière de déficit : la promesse que le gouvernement mettra tout en œuvre pour renouer avec l’orthodoxie budgétaire sur le dos des classes populaires. L’austérité c’est maintenant. Lire la suite