Les Partisans : récit d’une dérive gauchiste (par Ilian Karst)

Le démographe Nicolas Bourgoin, enseignant-chercheur, publie une fiction dont le héros, jeune militant communiste au tournant des années 1980, s’engage avec quelques proches dans une voie sans issue. Va-t-il franchir le pas du terrorisme ? Un thriller plaisant qui articule politique, sociologie et libération des mœurs.

 

Bourgeois adolescents aux mythes ouvriers
Militants acharnés de ce rêve qui bouge
Qui serez un beau jour de gauche bien rangés…

Cette chanson – Les Barbares, de Bernard Laviliers – tourne sur l’électrophone du studio d’une jeune femme où se réunit l’improbable Cellule d’action prolétarienne que viennent de créer quelques jeunes gens déçus que la révolution n’advienne pas aussi vite qu’ils le souhaitaient. On est au tournant des années 1970 et 1980. Les distributions de tracts et ventes de journaux ne débouchent sur rien. « L’activité du groupe semblait tourner à vide comme dans une enveloppe close sur elle-même », écrit Nicolas Bourgoin peu avant qu’un de ses personnages n’en tire la conclusion : « il faut qu’on passe à la lutte armée. »

Les Partisans utilise la fiction pour décrire le « grand bond en arrière » que furent les années 1980 pour les antilibéraux de gauche qui avaient autour d’une vingtaine d’années à l’époque. Dans la petite bande de jeunes militants impatients, un beau garçon d’origine ouvrière est au coeur d’un récit entremêlant convictions et sentiments, séduction et trahison, crapulerie au prétexte de vengeance sociale, intrigue policière, réflexion politique et analyse sociologique.

« Toi mon coquin, si tu ne veux pas que je te dénonce… »

Derrière une écriture légère, voire primesautière, parfois drôle, on réalise que Nicolas Bourgoin explore sans avoir l’air d’y toucher des rapports sociaux, voire de classes, parfois violents. Son héros utilise ses charmes pour le plaisir de la conquête, mais aussi pour financer sa cause. Ses aventures sont facilitées par le contexte de libération des moeurs issue des années 60 et du mouvement de Mai.

Pas très prudent, il se retrouve dans des situations inconfortables, voire dangereuses ou saugrenues, qui donnent un parfum de thriller au roman. « Toi mon coquin, si tu ne veux pas que je te dénonce, tu as intérêt à me donner autant de plaisir que la première fois ! », lui assène une avocate fiscaliste qu’il a troussée puis détroussée avant de filer à l’anglaise. Elle l’a retrouvé par hasard et embarqué chez elle pour lui faire faire le domestique et même davantage… Ou plus loin, quand sa geôlière l’emmène à une partie fine : « Il lui resta juste une impression : celle d’avoir baisé littéralement la richesse (…) Oui c’est exactement ça, j’ai baisé la bourgeoisie. »

L’auteur, démographe et enseignant-chercheur, universitaire spécialisé dans les questions de sécurité, sait qu’on ne « baise pas la bourgeoisie » sans qu’elle ne réagisse. Il s’est mis au roman pour le plaisir mais aussi pour proposer un décryptage, une relecture critique d’une période qui voit la gauche arriver au pouvoir avec François Mitterrand et très vite se convertir au libéralisme.

Devenu prof d’allemand après maintes péripéties, dont une fuite en RDA, son héros est à ce sujet d’une grande lucidité politique à défaut de l’être sur le plan personnel : « La matinée fut consacrée à la corvée des conseils de classe. Ce rituel scolaire où, en compagnie des collègues des autres matières, on commente l’étendue des dégâts éducatifs et sociaux (mais peut-on dissocier les deux ?) occasionnés par dix ans de crise et de libéralisme, et auxquels on tente de remédier tant bien que mal avec des moyens qui s’amenuisent d’année en année… »

On reste un brin troublé, non par l’éloge de la RDA et de son système scolaire égalitaire, laïque et gratuit « favorisant à la fois l’épanouissement individuel et le sens du collectif », plutôt par l’absence de critique, sinon de distance, même amusée, vis à vis du système de surveillance que symbolisa la Stasi. Mais on ne mettra pas sur le dos de l’auteur les contradictions de ses personnages…

Ilian Karst

Source : Factuel Info

Commander le livre sur le site de l’éditeur

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s