Explosion des violences policières sous la présidence Hollande

L’ACAT (Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture) rompt le silence qui entoure les violences policières en France. Son dernier rapport (sorti avant les récentes manifestations contre la loi travail) montre une nette progression du nombre de tués par les forces de l’ordre à partir de 2012. D’environ 8 décès annuels en 2004-2011, on passe brutalement à 19 en 2012, 10 en 2013 et 14 en 2014. La gauche, toujours prompte à dénoncer les violences policières quand elle est dans l’opposition, n’a aucun scrupule pour en faire usage quand elle gouverne. Si l’alternance n’a en rien fait diminuer le niveau des violences policières, bien au contraire, elle en a fait changer le contexte. Souvent commises dans le cadre de gardes à vue  il y a une dizaine d’années, elles s’exercent aujourd’hui majoritairement lors d’opérations de contrôle de l’espace public, comme les manifestations, les opérations de sécurité dans des quartiers jugés sensibles ou dans les Zones à Défendre (Notre-Dame-des-Landes ou Sivens). La répression policière qui a touché les récentes manifestations contre la loi travail, inédite par sa brutalité, en est un parfait exemple.

crs_ps

Les violences policières en France sont à la fois ignorées (il n’existe aucune statistique officielle des personnes blessées ou tuées lors d’opérations de police ou de gendarmerie) et impunies (celles-ci ne font quasiment jamais l’objet de sanctions). Le rapport de l’ACAT sort ainsi à point nommé à l’heure où de nombreux manifestants tombent sous les coups des forces de l’ordre.

Selon le rapport, la victime-type des violences policières et jeune (les trois-quarts ont moins de 35 ans et 1 sur 6 est mineur), masculin et issu de l’immigration (notamment dans le cadre d’interpellations lors des contrôles d’identité). Démonstration parfaite avec la répression impitoyable qui s’est abattue sur les manifestants contre la loi travail notamment le 17 mars à Tolbiac ou les CRS sont allés tabasser les manifestants jusque dans les amphithéâtres. Le lieu était, il est vrai, éminemment symbolique – Valls y a scellé son destin d’apparatchik socialiste. Violence inédite selon des témoins et un journaliste de Libération qui relate des scènes de carnage : « il y avait des visages en sang, des gens traînés par terre, lors des charges policières contre les étudiants. Les gens qui voulaient sortir du site devaient le faire à visage découvert et étaient filmés par la police. » Au Lycée Bergson, la police s’est acharnée sur un étudiant noir, au total mépris de la campagne lancée par le PS « tous unis contre la haine. » Pour la FCPE, ces violences policières injustifiées rapportées par les médias ne sont pas des cas isolés.

Pourquoi cette montée de la violence policière lors des manifestations ? En cause, selon l’ACAT, un récent changement de doctrine de maintien de l’ordre. On est passé en quelques années d’une gestion de mise à distance des manifestants  (éviter de tuer et le plus possible de blesser) à une politique d’affrontement direct : là où les forces de l’ordre tentaient de repousser les manifestants, elles visent et attaquent désormais la foule avec des armes à « létalité réduite » comme le flashball. Il s’agit désormais de traiter les manifestants comme des ennemis de l’intérieur et de leur appliquer les méthodes de répression contre-insurectionnelle utilisée à l’origine contre la résistance algérienne.

On peut s’attendre à une augmentation des violences policières au cours des prochaines années, à l’heure où le gouvernement socialiste s’apprête à armer plus lourdement les forces de l’ordre suite aux attentats de Paris : outre des fusils d’assaut réservés aux agents de la BAC, des armes intermédiaires comme le Taser ou le flashball dont la dangerosité avérée a pourtant fait l’objet d’un récent rapport. Supposées non-létales, elles occasionnent en réalité de nombreux décès ou infirmités et ça ne devrait sans doute pas s’arranger avec la nouvelle réglementation française qui étend les zones corporelles et n’impose plus de distance minimale de tir, à rebours des recommandations formulées par le Défenseur des Droits. L’assouplissement des conditions dans lesquelles les policiers pourront faire usage de leur arme à feu (limité pour l’heure au cas de légitime défense) prévu par l’article 20 du projet de loi sur la réforme de la procédure pénale, devrait aussi entraîner une hausse des bavures.

C’est dans ces moments de crise sociale où sa légitimité est mise à mal que le Parti Socialiste montre sa vraie nature aux antipodes des engagements de campagne du candidat Hollande : une force politique totalement acquise aux intérêts de l’oligarchie qui n’hésite pas à faire usage de la répression la plus brutale contre tous ceux qui tentent de résister aux diktats des puissances financières.

Advertisements

10 réflexions sur “Explosion des violences policières sous la présidence Hollande

  1. Et les casseurs dans la manif du 31 mars à Paris qui ont coupé en deux le cortège des manifestants à proximité de la place Nation provoquant délibérément les flics qui certes n’en demandent pas tant ?

    Casseurs appartenant à des mouvements anarcho-libertaires infiltrés par la police et les fachos. Ces casseurs vous les oubliez !

    Leur objectif n’a rien à voir avec le retrait de la loi El Khomri et jouent objectivement sur la division du mouvement et la peur des violences policières.

    La police présente inhabituellement dans la manif (sur les trottoirs) alors qu’elle restait avant en retrait dans les rues adjacentes.

    Mais cette police (gendarmerie) ne s’affrontait pas le 31 mars à Paris aux manifestants mais aux casseurs qu’ils ont isolés et en ont arrêté certains.

    Le pouvoir aujourd’hui instrumentalise la violence policière, il est mal venu pour la réussite du mouvement de le mettre en avant. Ce serait faire le jeu du pouvoir.

    L’ennemi ce n’est pas la police, mais l’Etat des monopoles !

    Je trouve préoccupant le manque d’analyse que j’ai pu constater de la part des manifestants qui semblent ne pas comprendre ce que c’est de gérer un mouvement de masse pour l’amener à la victoire, manifestants qui se focalisent sur la répression et pas sur l’exploitation capitaliste qui nécessite de mettre à bas le système capitaliste !! Révolution qui passe par des victoires partielles qui aguerrissent pour de plus amples victoires ….

    • Marmotte chocolat aluminium
      Ouvrez les yeux, vous croyez que la situation va changer en disant « on n’est pas content »? Devant la violence de ce système qui tue indirectement (suicides et autres) il FAUT employer la violence. Cela fait bien longtemps que nous crions nos souffrances (dont celle d’abuser des pays « pauvres ») et nous récoltons du mépris. Nos doléances ne seront pas entendues, il nous faut transformer ce système malgré le ficelage que nous subissons. Les policiers mériteraient de l’instruction de notre part mais ce n’est pas possible donc il ne nous reste que l’affrontement…

  2. Dénoncer le renversement des valeurs humaines, traditionnellement attribuées à la gauche, opéré par le tandem Hollande-Valls en mettant en exergue les violences policières …pourquoi pas… mais sans statistiques on reste un peu dans le flou… moi perso j’ai fait du ballon et les flics et les matons que je connais n’ont aucune envie de violence…. par contre que le gouvernement qui organise la répression interdise le  » copwatching » me semble très révélateur de la marge d’action qu’il se réserve et cela qu’il soit de droite ou de gauche…. d’ailleurs qu’en est-il du « copwatching  » en 2016

  3. Juste une question : le gouvernement actuel est-il « de gauche » ? Personnellement et bien qu’ayant voté pour, aujourd’hui je ne le pense pas et je crains fort que ce soit une des raisons principales de cette montée des violences policières ; nous ne sommes plus en démocratie et notre gouvernement est un gouvernement de droite libéral prêt à tout pour sauver les banques et les banquiers y compris en tordant le cou des libertés fondamentales. Depuis l’adoption en force du TCE, l’assassinat de la Grèce par la troïka (dont le FMI dirigé par l’inénarrable amis des proxénètes DSK, puis la très haute Christine Lagarde), les renoncements sur presque tous les objectifs annoncés pour être élu… y a-t-il quoi que ce soit qui puisse attirer les électeurs de gauche dans l’actualité ? Non, rien… par contre l’ex banquier Macron, le fils Gattaz, la famille Bolloré, tous les Bernard Arnaud, Woerth, Cahuzac… sont là, prêt à tout pour continuer à aller à la soupe : drôle de soutiens pour un gouvernement dit de gauche non ?
    Georges

  4. Le nombre de citoyens tués par des policiers a plus que doublé depuis l’arrivée de Hollande | Cayo Hueso

  5. Un pas de plus vers l’État policier : la dernière loi sur la sécurité publique – Nicolas Bourgoin

  6. La France et son état policier : chaque jour plus vrai | Le Monde...

  7. Un pas de plus vers l’État policier : la dernière loi sur la sécurité publique | Le Blog de la Résistance

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s