Les Français auraient-ils oublié ce qu’est la guerre ? (communiqué de l’OCF)

Les Français auraient-ils oublié ce qu’est la guerre ?

La France est une nouvelle Amérique du Nord. Une presse démagogique secoue des masses consuméristes éberluées entre le drame et le spectacle. Des masses qu’un esclavage, qu’une féodalité économique, couvant comme la chaleur d’un feu l’arrogance et la peur, a fait se départir de responsabilité politique. À grands coups de pathos, les monarques sans couronnes et leur cortège de constituants dispensent des mots enflés comme on le fait pour les enfants, quoique trop las pour l’emphase, ils les marmonnent presque d’un ton désabusé de son propre talent pour le mensonge. Et le plus gras de tous, débordant de sous ses culottes phrygiennes, – « démocratie » –, résonne dans le tohu-bohu des places publiques où le désintérêt de se gouverner côtoie l’envie de posséder. C’est là, dans les entrailles dodues de l’Empire finissant, dans l’âcre confort de la vieille chair, que l’on craint désormais la mort comme une inconnue dans le lit d’un amant.

XXL_31505348553e24602dc844_enfant-violence-palestine

 

Aux bons élèves de l’ordre et de la raison, on a fait répéter « je suis Charlie » comme on leur fait répéter « je vous salue Marie » depuis des siècles. Au nom de la Défense, celle des guerriers de l’OTAN et celle, parisienne, des barbares de la finance, on a fait sortir de leurs trous plus de rats exquis que cent tabassages d’Amazigh ou cent fermetures d’usines ne le feraient. On a, pour cause, hissé la petite grande sœur de la grasse, « Liberté », que même ce frère trois-points colmarien de Bartholdi ne reconnaîtrait plus. Elle a la poitrine aussi généreuse qu’un pré de la fin de Mai, et qu’on promet à tous les étalons qui paissent dans son enceinte. Avec sa taille d’araignée, ses dents blanches et sa perruque blonde, elle affiche c’est vrai plus d’avantages que les spectres étourdissants d’Égalité et de Fraternité qui hantent encore du côté des Tuileries et dont on ne sait trop bien que faire.

colons

Et pourtant la France est en guerre. Elle n’a, comme ces autres empires, peut-être jamais cessé de l’être. Ce qu’elle a pillé, elle pille légalement, et à grand renfort de tanks. Ce que matériellement elle a perdu dans l’effort de la guerre, elle se détermine à le gagner par l’industrie de la guerre. C’est ce que font et commandent de faire les enfants terribles de Washington : une guerre froide sans fin, une machine perpétuelle de conflits, de conflits lointains dans des contrées « sauvages » que la destruction et le mépris surplombent comme une seule épée de Damoclès. Injecté de sa propre suffisance, l’Empire écrase l’insecte – et s’étonne de la piqûre.

Les métamorphoses ont commencé il y a longtemps, d’un côté celle de la société française et de l’Europe en des dystopies antidémocratiques à l’anglo-saxonne, de l’autre celle de l’agitation grandissante de tous ces peuples accablés en des représailles sanguinaires – qui en réalité ne représentent rien d’autre qu’une réponse violente à la violence. Cette spirale est aujourd’hui dans sa pleine inertie, et la tragédie consommée : il n’y aura d’issue que l’escalade meurtrière et la destruction de l’un ou l’autre camp. En ce lendemain du 11 septembre, que l’on appelle jour du souvenir aux États-Unis, voilà que se découvre cette vagabonde qui de ses plaintes faisait le quotidien des gens de l’Ouest : Amnésie.

Et toujours nous en revenons à la philosophie et voyons qu’au sortir de l’aliénation le réveil est immensément douloureux… mais qu’il semble que les sorciers, maîtres de l’illusion et du langage, parviennent toujours à nous faire retrouver le sommeil.

L’ennemi véritable, ce n’est pas l’État Islamique en Irak et au Levant. L’ennemi, c’est la société du mensonge. La société laissée aux mains de ceux qui, au nom des profits qui font les privilèges des classes régnantes, taillent dans les veines du monde. Ceux qui substituent le Spectacle et l’ignorance à la pensée critique, ceux qui s’inspirent de l’oppression fasciste qui règne de San Francisco à New York, celle qui s’installe un peu partout en Europe – à nouveau. L’ennemi de l’humanisme et des Lumières, c’est celui qui est « Charlie » et qui vend de par le monde de quoi tuer pour quinze milliards d’euros clinquants.

Le plus grand terrorisme c’est l’irresponsabilisme.

C.A.

Avec les attentats qui ont endeuillé Paris le 13 novembre 2015, c’est le boomerang du soutien criminel occidental aux djihadistes islamistes maquillés plusieurs années durant en « combattants de la liberté » (Syrie, Lybie, etc.), qui revient aujourd’hui brutalement dans la figure des peuples dépolitisés et infantilisés des pays impérialistes, puissances qui sèment la mort et le chaos impunément aux quatre coins du monde sous de bien fumeux prétextes « démocratiques » !!! Pour les peuples victimes des crimes de la bourgeoisie et de ses créatures incontrôlables, pas « d’Union sacrée » avec les pompiers- pyromanes !

Organisation des Communistes de France (OCF), le 14/11/2015

Source : marxisme.fr

Advertisements

17 réflexions sur “Les Français auraient-ils oublié ce qu’est la guerre ? (communiqué de l’OCF)

  1. superbe réflexion qui reflète mon sentiment . Mais que faire? Il me vient un mal au ventre quand je vois tous ce gâchis ! J’ai beau expliquer autour de moi mais très peu comprennent (musulman compris) et retournent rapidement a leurs vies dictées par l’égoïsme car trop occupés a consommer et jalouser la vie des nanties. Penser vous que le monde ait envie de savoir?

  2. Les Français auraient-ils oublié ce qu’est la guerre ? (communiqué de l’OCF) – Nic olas Bourgoin | Raimanet

  3. La réthorique du début mériterait d’être un peu simplifié quoique son obscurité permette un défoulement qui paraît impossible autrement, je vous l’accorde, en ces temps de politiquement correct et d’état d’urgence associés.
    A en juger par l’Histoire, l’aliénation psychologique et intellectuelle des masses a toujours existé, toujours aussi puissante, jadis avec l’excuse de la misère, aujourd’hui avec celle, incompréhensible, d’un relatif confort. Il se pourrait même que ce que vous dénoncez soit la condition humaine elle-même, celle dont on ne peut se libérer qu’individuellement par des moyens qui ne sont en aucun cas politiques. La « tradition » souligne en effet que le sage ne peut pas agir sur le destin collectif. Il peut même en être la victime. C’est le sens de l’anecdote de Diogène roulant son tonneau que nous fournit Rabelais.
    Quoiqu’il en soit, le lavage de cerveau pour sa propre conservation est ce que la société occidentale fait de mieux. On le voyait déjà, par exemple, quand on écoutait les discours de Solidarnosc, ces opprimés d’en face qui avaient pourtant toujours les couilles que n’avions plus. Je ne parle pas de leur action mais de la manière dont ils agissaient, avec un sens de la liberté très différent du nôtre. Ils avaient une autre dimension, une humanité que nous avions perdue, et que le régime soviétique, malgré ses défauts, ne leur avait pas ôtée, et cela m’avait alors frappé. Le jour où je vis, à la télé, Yves Montand s’apitoyer hypocritement sur leur sort -alors qu’ils me paraissaient à moi admirables et enviables- fut un choc pour moi et je compris alors ce que vous analysez dans votre article.
    Cette société n’est pas réformable, à mon avis, il faut seulement qu’elle disparaisse d’elle-même. C’est ce qu’elle veut faire d’ailleurs, par tous les moyens. Non seulement elle tue tout ce qu’elle absorbe, mais son suicide est programmé. La mort est son apanage, comme ce qu’elle entend combattre aujourd’hui, son propre reflet dans le miroir.
    Si l’on croit qu’il n’y a rien d’autre qu’elle, évidemment, c’est tragique.
    Sinon, et je n’ai pas mieux à vous dire, en tous cas ici, c’est l’occasion de regarder ailleurs et autrement.

  4. pardonne mon inculture nonobstant je trouve ce propos completement depasse car integrant des elements datant de l age de la guerre ouest est achevee en 1989
    le texte est bien ficele comme un vieux pate en croute allechant juste a l odeur de cuisson sauf les ingredients congeles un peu longtemps d une guerre froide devenu tiede depuis bientot 25 ans pour a peine fremir aux dernieres nouvelles

    l institution communiste reelle a cesser sa breve existence au debut des annees 30 par la main de staline sauvant son pays et la moitie du monde des griffes de ses financiers oligarchics qu il partageait avec dolfi
    dans ce bain de sang planetaire programme en conflit entre marxistes et capitalistes seuls quelques rares revolutionnaires se reclamant d extreme gauche incarnerent une veritable militance inspiree par rosa luxembourg ou d autres a son image de marthyre parmis les corps francs anti s s ou en catalogne allies aux anards et en amerique latine aussi
    pour le reste tout ce jeu de spectacle de guerre droite gauche bourgeois proletaires sert de paravent a la zizanie meurtriere des banquesteurs monetaristes utilisants de nos jours le masque du choc des syphilisations sur fond de guerre de religions edulcorees

    un fait determinant gros comme le plus massif des empire procede d une alliance constitue tout autour de l asie avec chine inde et russie prolonge jusqu au b r i c s et leurs allies semble completement occulte dans le texte comme par les merdia actuellement
    une communaute d etats et de peuples en lieux et places du dit ex bloc sovietique et au dela se dresse face au assaut de l hydre angulo sionnarde aux abois formant les premices d une societe mondiale multipolaire et pluriethnique a l image de la c e i ou des pays ancestraux d afrique entre autres exemples

    la lutte se situe donc aux frontieres de l empire nord atlantique decadent qui se meure faute de s etendre encore sur des terres trop resistantes gagnant meme jusqu en son sein poussee par les jeunes gens asphixies par laaa crise faisant ainsi de part et d autres le germe de l ere nouvelle naissante

    le resume epure en petite note de fin apparait plus clair etablissant l essentiel du contexte politique actuel omettant toutefois de le localiser
    les cocos de base attirent toutes ma sympathie tant leurs convictions me parraissent vraies neanmoins l heure arrive pour eux d actualiser leur doctrine au jour des transformations nombreuses sur la planete depuis que leurs faux representants ont quasi disparus du pouvoir

      • en l ecrivant jme disait l est long ton com et en le relisant j avais l impression d avoir a peine survole l objet de l article
        c est clair qu il y a de quoi ecrire plusieurs tomes d autant plus que l histoire s accelere depuis les 70 ans du machin o n u installe a niou york

        bon courage nous en aurons bien besoin

  5. Charlie, nouvelle religion d’État. – Nicolas Bourgoin

  6.  CHARLIE OU LA MASCARADE D’UNE COMMÉMORATION. NOUS NE SOMMES PAS CHARLIE ET NOUS DEVONS LE CRIER HAUT ET FORT. | intérêt pour tous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s