Prostitution : l’ordre moral au secours de la gauche

La proposition de loi de renforçant la lutte contre la prostitution a été adoptée en deuxième lecture à l’Assemblée nationale. Le texte sanctionne l’achat d’actes sexuels d’une contravention de 1500 euros et prévoit la création d’un « parcours de sortie » de la prostitution (sic), des mesures d’accompagnement social ainsi qu’une politique de prévention auprès des jeunes. En outre, il supprime le délit de racolage passif, institué en 2003 par Nicolas Sarkozy et dénoncé par les socialistes comme « inutile et inutilement stigmatisant » pour les prostituées. Mesure plus radicale, le blocage administratif des sites proposant un accès à la prostitution, sur le modèle de ce qui existe pour la pédopornographie ou le terrorisme n’a pas été retenu.

Si le vote de cette loi a reçu la bénédiction des Femen et de certaines associations féministes qui soutiennent ardemment le projet de prohibition, il a en revanche suscité l’inquiétude des syndicats de prostituées qui défendent la liberté d’exercice du métier et avaient appelé à manifester jeudi dernier. Le texte, qui n’est pas dénué d’effets pervers, contribuera à fragiliser encore plus des populations déjà touchées par la précarité et risque de les rejeter dans la clandestinité hors d’accès des structures de soins, de dépistage ou de prévention des maladies sexuellement transmissibles, en particulier du VIH. Pire, privées de cadre légal, elles seront sans doute davantage victimes de violences et auront des besoins accrus de protection, les exposant d’autant plus aux proxénètes et aux trafiquants. L’approche idéologique du problème de la prostitution, déconnectée des réalités économiques et sociales de son terrain, est celle d’une gauche bien-pensante qui a abandonné la défense des opprimés au profit d’un moralisme de façade.

170714-femen-senat-2

Sur le front de la lutte contre les discriminations, la gauche de gouvernement ne chôme pas : répression accrue du harcèlement, des atteintes à la dignité humaine, des agressions sexuelles (avec une nouvelle loi qui en étend la définition et en durcit les peines), criminalisation de l’esclavage, lutte contre le racisme et l’antisémitisme élevée au rang de cause nationale. Le texte sanctionnant l’achat d’actes sexuels s’inscrit dans cette volonté de faire du pénal l’instrument d’une croisade morale. Le vieux projet d’abolition pour des raisons d’hygiène ou des considérations religieuses hier, d’atteinte à la dignité humaine aujourd’hui, trouve avec ce texte une nouvelle actualité. Considérant la prostitution comme une activité non consentie et une violence faite aux femmes, il transforme le client en agresseur sexuel, déniant la nature contractuelle du commerce de sexualité et faisant fi de la diversité des cas et de la complexité des situations.

Faire disparaître l' »offre de prostitution » par dissuasion policière de la demande : cette logique comptable ne résiste pas aux réalités du terrain. Dans ce domaine comme dans d’autres, l’enfer est pavé de bonnes intentions. Sans proposition d’alternatives à l’exercice de leur métier, sans possibilités réelles de reconversion, les prostituées seront probablement condamnées à une précarisation accrue de leurs conditions de vie. Les associations dénoncent régulièrement les immenses difficultés que rencontrent celles qui veulent changer d’activité. Et du côté des clients, on peut penser que la disparition des services sexuels aura un impact négatif sur la délinquance sexuelle, au vu des études menées dans les pays ayant fait le choix de l’abolition.

Mais la gauche morale, qui prospère depuis 30 ans sur les ruines de la gauche de transformation sociale, n’en est pas à une contradiction près. Pacte de responsabilité et de solidarité qui allège les charges des entreprises en échange d’hypothétiques embauches selon la doctrine fumeuse du « socialisme de l’offre », accord national interprofessionnel qui facilite les licenciements, traité de libre-échange transatlantique livrant les États et leurs citoyens à la toute-puissance des firmes multinationales,… la gauche de gouvernement n’en finit de précariser le travail, d’abandonner les salariés aux forces du marché et de liquider les derniers vestiges de l’État social, le tout au profit des intérêts de la finance. A rebours des engagements de campagne du candidat Hollande, la voie est étroite pour tenter de retrouver une légitimé socialiste. Restent les questions sociétales sur lesquelles le gouvernement garde encore la main.

La recette n’est pas neuve. Moins d’un an après le funeste tournant de la rigueur de mars 1983 et l’ouverture de la « parenthèse libérale » (jamais refermée…), le gouvernement de Pierre Mauroy tentait de faire diversion avec le lancement de SOS Racisme. Cette décennie perdue pour la défense du travail ne le fut pas pour tout le monde : le Front National alors en pleine ascension électorale sut profiter pleinement de l’ethnicisation de la question sociale.

Le gouvernement actuel pousse jusqu’à l’absurde cette hypocrisie politique. Comment prétendre sérieusement oeuvrer pour les plus exploités quand on envisage de faire passer en force ce qui sera sans doute la loi la plus libérale votée sous la Cinquième République ?  L’encre de la loi Macron est à peine sèche que le gouvernement prépare un texte encore plus destructeur pour le droit du travail et la protection des salariés.

Différence de taille avec l’époque mitterrandienne, ce qui était l’antiracisme institutionnel des années 1980 prend aujourd’hui la forme d’une inflation législative lourde de conséquences. Les textes de loi pénalisant les discriminations de genre, d’orientation sexuelle, d’ethnie ou de religion qui se multiplient depuis 3 ans ne constituent pas qu’une simple politique d’affichage de « gauche ». L’activisme sociétal a des effets liberticides majeurs et le projet de loi concernant la prostitution ne fera pas exception. Liberté d’acheter des services sexuels, selon la terminologie en vigueur, mais aussi liberté d’exercer un métier librement consenti dans le cadre protecteur du droit commun.

Publicités

9 réflexions sur “Prostitution : l’ordre moral au secours de la gauche

  1. Jacques Brel avait prévu le devenir de nos 68tards qui voulaient « interdire d’interdire » : Les bourgeois, c’est comme les cochons, plus ça devient vieux, plus ça devient bête.

    Ils sont passés du libertarisme au libéralisme et du permissif au répressif. Cela s’est fait graduellement, insensiblement, dans les années 1990, où les colonnes du Libé et de l’imMonde ont viré.

    Comme sur un anneau de Möbius, ils sont restés sur la même face mais se sont retrouvés à l’opposé, c’est pourquoi beaucoup ont été aveugles sur cette évolution.

  2. salut nicolas

    une video passionnante bien que longue qui se visionne aisement exceptees les quelques 1eres minutes du debut un peu lourde a demarrer

    je suis impatient d avoir ton avis de sociologue sur un objet parallele a la prostitution et ses derives sordides que represente la pedocriminalite

    voici le mien a propos du meme paradigme qui me touche au coeur comme tu pourras le comprendre aisement a la lecture de ce commentaire

    http://lesmoutonsenrages.fr/2015/06/20/metatv-stan-maillaud-et-janett-seemann-max-de-wanted-pedo-lintegrale-decoupee-par-themes/comment-page-1/#comment-383751

    a tres bientot j espere

    au plaisir et

    a plus

      • st cloud

        suis tres curieux d avoir un avis autre que le mien qui me donnera du recul

        a bientot

    • la pédophilie n’est pas comparable à la prostitution car dans le second cas, il s’agit d’un contrat librement consenti entre deux parties. J’aurais du mal à me prononcer sur la vidéo, n’étant pas spécialiste de cette question

      • il est certain que des derives de la prostitution sont liees a la pedocriminalite

        toxicomanie prostitution usines a bebe traffic de drogue d enfants et d organes ainsi que prostitution sevices et meurtres d enfant sont intimement lies

        c est clairement explique dans la video et les participants ont des dossiers epais

        ca plus l implication des plus hautes instances de l etat et de l appareil judiciaire qui forcent au secret

        la logique des mobiles est imparable

        la corruption des elites conditionnees a nier le respect de l humanite et tous leurs nervis qui se font engrainer par besoin d argent

        cela semble clair comme d eau pure

        evidemment le terrain est mine neanmoins la peur est au fond toujours dans le camps des criminels plutot que ceux des defenseurs des victimes

        tout est dans la video et les reseaux vont tomber a la meme vitesse que les dossier compromettant feront surface

        c est crade mais voila la cible du combat pour la dignite humaine qui est deja nie par eux meme pour nombres d individus se prostituant

  3. La pédophilie est une chose la pédo-criminalité en est une autre et souvent prostitution adulte et prostitution infantile se font hélas dans les mêmes lieux en Belgique, en Allemagne (moins mais ça commence ) mais surtout aux Pays-Bas !! On ne compte plus les enlèvements de jeunes fugueurs qui débarquent à Centraal Station à Amsterdam et qui sont « accueillis » par des « gentils » rabatteurs qui leur proposent de les héberger pour une nuit ou deux et puis qui les envoient sous la menaces et les coups travailler dans les bordels des différents pays cités en début de commentaire …Et on a beau expliquer tout ça aux gamins allemands, hollandais, belges et même français il y a toujours plus de gosses dans ces bordels mais ça ce n’est que la face émergée de l’iceberg (je me suis toujours demandé pourquoi ces blocs de glace flottants portaient un nom juif ..;) bref la partie cachée comme pour tout phénomène est la plus inquiétante et la plus rémunératrice pour les salopards qui en tirent profit moins dangereux que le trafic de drogue, elle rapporte bien plus et il y a tellement peu de chances de se faire prendre que les réseaux mafieux qui l’ont bien compris se sont lancés dans ce trafic la tête en avant !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s