Lettre ouverte à Ornella Guyet

anticonspis_recadré-672x372

Chère Ornella, je voudrais réagir au dernier billet que tu m’as consacré, le cinquième déjà. Une telle attention portée à ma modeste personne aurait pu être flatteuse en d’autres circonstances. Mais ici nulle bienveillance, c’est au contraire pour te réjouir de ma mise à mort institutionnelle que tu as pris la peine de l’écrire : mis au ban de la communauté universitaire, inscrit sur la liste noire des infréquentables, exclu de l’équipe de Laurent Mucchielli et, pour couronner le tout, accusé de frayer avec l’extrême droite alors que j’ai toujours combattu le fascisme… il y a en effet de quoi crier victoire. Mais se réjouir du malheur des autres n’est pas très charitable, tu en conviendras, et plutôt surprenant venant de quelqu’un qui écrit dans Témoignage Chrétien.

Blacklisté par certains de mes pairs et mis à l’index de l’institution pour mes supposées opinions politiques : toute proportion gardée, ce qui m’arrive aujourd’hui s’apparente au sort réservé aux communistes sous le maccarthysme. C’est ton idéal de société ? Ce lynchage devrait au contraire alerter la militante libertaire que tu prétends être. Mais il est vrai que ton combat n’a que peu à voir avec l’antifascisme, il suffit de voir tes cibles de prédilection : Etienne Chouard, Jean Bricmont et Michel Collon. Le premier se bat pour plus de démocratie, le second pour moins de censure et le troisième est communiste. On a vu pire comme « menace fasciste ». En revanche, aucune pique contre la masse des députés de tous bords qui ont voté comme un seul homme pour la sinistre loi antiterroriste de l’automne dernier… Tu me déçois. Le fascisme est décidément une chose trop sérieuse pour être laissée aux antifascistes autoproclamés.

Étant donné la teneur de ton combat, c’est sans surprise que j’ai vu mon nom s’ajouter à la liste de tes « figures de la confusion ». Un concept éminemment flou mais bien commode pour traîner dans la boue des personnes clairement engagées à gauche. Ainsi, tu me prêtes aujourd’hui des « convictions d’extrême droite » tout en reconnaissant les vertus anti-autoritaires de mes travaux sur la Révolution sécuritaire. Je te sais gré de cette marque d’honnêteté mais je suis au regret de te décevoir : je n’ai pas changé, c’est au contraire la société qui a changé et je n’ai fait que réajuster mes analyses. L’hystérie sécuritaire des années Sarkozy (62 lois en 10 ans, quand même) a laissé place à un moralisme républicain autrement plus dommageable pour les libertés publiques. Politique de sécurité visant la petite délinquance de rue et criminalisant la pauvreté d’un côté, politique d’ordre visant la parole non conforme et criminalisant la contestation, de l’autre… le pire des deux n’est pas forcément celui qu’on croit.

Le virage autoritaire de la gauche t’aurait-il échappé ? si oui, je ne peux que te conseiller la lecture de mon dernier livre dont tu trouveras ici un compte-rendu. Elle t’aidera à comprendre les raisons de mon virage personnel que tu situes au tout début de l’année 2014. Précisément au moment de l’affaire Dieudonné et de la circulaire Valls du 6 janvier qui a suscité une levée de boucliers parmi les défenseurs des droits de l’Homme… En étais-tu ? Toi qui m’accuses de « penchants dieudonnistes » pour avoir choisi le mauvais camp dans cette affaire, devrais pourtant savoir que la défense de la liberté d’expression n’a de sens que lorsqu’il s’agit de celle de ses adversaires politiques et que la police de la pensée est bien plus redoutable que celle en uniforme.

Ce qui me sépare de toi et de tes amis politiques (dont je faisais encore partie il y a quelque temps, notamment dans la période pas si lointaine où j’étais syndiqué à Sud éducation) est justement cette prise de conscience. Que la menace fasciste ne vient pas de personnes qui se trompent de colère mais des élites dirigeantes elles-mêmes qui laminent peu à peu la démocratie à coups de lois liberticides et de surveillance généralisée étouffant dans l’œuf toute contestation contre la dictature financière qu’elles veulent instaurer. Le fascisme est avant tout une force sociale et politique au service du Grand Capital. Sur ce point, rien n’a changé depuis les analyses de Georges Dimitrov que je t’engage à relire, cela t’évitera bien des combats inutiles.

Finalement, je ne t’en veux pas. Car contrairement à toi, je n’enferme pas les gens dans des catégories fixes et étanches. Je sais qu’un parcours politique est fait d’hésitations, de remises en cause, de doutes et de revirements au fil des différentes expériences que l’on traverse. On a le droit de se tromper et il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis. Aussi, je ne désespère pas qu’un jour tu prennes conscience de l’inanité de ton combat et du ridicule de tes méthodes délatrices. Attaques ad hominem et amalgames douteux à coups de copies d’écran… j’ose espérer que tu vaux mieux que ces procédés sordides.

Sans rancune,

Nicolas Bourgoin

Advertisements

40 réflexions sur “Lettre ouverte à Ornella Guyet

  1. Cher Nicolas
    voir sur le site de l UPR, sous le titre Qui veut nuire à l’UPR ? Dr Jekyll&Mrs Hyde: « l’antifasciste Boutoleau et la très americanophile « Professor » Guyet, un ciblage parfait de cette demoiselle et de ses sponsors !
    question en conclusion : Guyet- instrument de la CIA ?: pourquoi êtes vous devenu sa cible ?

  2. Bravo Nicolas ! Cette dame ou cette demoiselle (je m’intéresse pas à sa vie privée) doit comprendre que tu, nous, ne faisons pas partie de celles et ceux qui condamnent et diabolisent ceux qui n’ont aucun pouvoir. Nous appelons ceux-ci à plus de vigilance face à la confusion que ceux qui ont le pouvoir est en train de développer. D’ailleurs, tu te réclames de gauche, ce qui est tout à ton honneur, mais moi, qui ai un parcours un peu plus long que toi, je ne me réclame même plus de la gauche, tellement ce terme me fout autant la gerbe que son strict opposé et strict semblable, la droite !
    Soutien à toi, courage, amitiés.

  3. affligeant

    dire que des femmes aussi perfides prennent la place d autre plus authentiques et intelligentes

    heureusement il reste quelques contre exemple comme naomi klein qui vient de sortir un nouveau livre au titre traduit litteralement cela change tout

    http://www.lemonde.fr/climat/article/2014/12/16/le-capitalisme-ou-le-climat-il-faut-choisir_4541459_1652612.html

    c est plutot rassurant meme le monde est au courant

    bonne chance nicolas ton courage t en attirera

  4. j’ai connu votre travail par le site de Laurent Mucchielli et je voudrais savoir si vous en avez été exclu, auquel cas je lui ferai savoir mon désaccord. J’ai subi du harcèlement moral au travail – par des élus politiques de gauche – et je vous transmets ma solidarité. Cette expérience m’a appris (entre autre) que les vrais démocrates ne sont pas ceux qui se prétendent tels, bien au contraire. J’ai été surprise de constater la solidarité inattendue de collègues pas du tout engagés et aujourd’hui encore je leur en suis reconnaissante car ils m’ont aidée à sauver mon humanité. bon courage.
    Mireille Baylet

  5. Nous sommes les cibles des mêmes Kapos du Kapital 🙂

    Je me permettrai de citer votre droit de réponse dans un ouvrage en cours sur le sujet de l’antifascisme (Soyons plus précis : sur les « antifas »)

  6. Lettre ouverte à Ornella Guyet par Nicolas Bourgoin | =ActivEast=

  7. Cette gauche morale qui organise les gens par « nébuleuses » (rien de plus fou et donc de plus tolérant à appliquer lorsqu’il faut procéder au classement) et excommunie sur base de rien (attention à vous si vous avez été boire un verre dans un bar appartenant à l’arrière petite-cousine de Pétain) commence sérieusement à m’énerver. Ces types se trompent de cible et de combat, et ne se rendent à la limite même pas compte qu’ils sont devenus les chiens de garde du fascisme idéologique étalé par le grand capital. Quand Ornella Guyet se rendra compte qu’elle est devenue attachée de Cabinet au Ministère de la Vérité, réveillez-moi.

  8. salut nicolas

    jviens de pousser une petite geulante pour defendre ta cause sur le site des moutons enrages dans un commentaire d un article a propos de la loi de suveillance generalisee dans la democrature francone

    j y relaie l article present ainsi que 3 autres de ton cru sur cette abominable politique ehontee de traque des faits et gestes des citoyens

    j y appelle a ton soutien contre la campagne de calomnie menee a ton encontre en souhaitant avec un mince espoir que cela puisse servir de souffler dans les esgourdes d une masse d individus endormis et apeures

    http://lesmoutonsenrages.fr/2015/04/13/france-terribles-revelations-sur-la-surveillance-massive/comment-page-1/#comment-367434

    toujours a tes cotes

    au plaisir et a plus

    william

  9. et le meilleur c est que notre pamphletaire masquee s en est deja prise a pepere qui a taille un joli costard a cette agente us payee pour cracher a la figure de quelques esprits encore vigoureusement independants et miltants dans ce pays

    http://www.upr.fr/actualite/upr-parti-politique/qui-veut-nuire-a-lupr-dr-jekyll-mrs-hyde-lantifasciste-boutoleau-et-la-tres-americanophile-professor-guyet

    pauvre jalouse qui doit peut etre croire que c est en s enfoncant qu elle va briller au firmament

    en fait je la plains ca doit etre dur a vivre au fond

  10. Votre article est aussi instructif que les commentaires qui le suivent : d’un naturel bienveillant, j’avais envie de vous soutenir lorsque votre émouvant portrait de Chouard et des duettistes saint Jean et saint Michel me laissa pantois “Le premier se bat pour plus de démocratie, le second pour moins de censure et le troisième est communiste. On a vu pire comme « menace fasciste ».”
    Rien que l’idée qu’être communiste vous paraisse un gage de bonne moralité démocratique fait sourire…

    Le fait que ces trois tristes sires vous soient sympathiques montre bien le degré de confusion auquel certains qui se prétendent intellectuels et chercheurs “de gauche” en sont arrivés.
    Ainsi vous prenez prétexte que le gouvernement socialiste applique une politique pas assez gauchiste à votre goût pour déclarer son action (ou les quelques mesurettes qui en tiennent lieu) comme pires que celle du gouvernement Sarkozy.

    Fréquentant l’EHESS depuis quelques années maintenant, je devrais être habitué à ces gymnastiques rhétoriques, mais de telles manipulations idéologiques m’effarent toujours…
    Vous renvoyez à Dimitrov… Je vous remercie de cette référence car elle éclaire parfaitement à quelles sources s’abreuve l’antifascisme que vous professez.
    Il y a clairement deux conceptions d’un idéal de gauche actuellement en Europe, et il faudra bientôt savoir dans quel camp on se trouve, au risque de devoir avaler pas mal d’indigestes couleuvres.

    • Si être communiste n’est pas un gage de bonne moralité, ce n’est pas non plus un blanc-seing pour se faire accuser de tous les maux.

      Et je ne suis pas communiste, combattant bec et ongle contre la dictature chinoise…

  11. Bonjour,
    J’ignorais vos travaux (personne n’est parfait) et j’en ai pris connaissance suite à l’envoi du lien suivant à propos du populisme :
    https://syndicatameb.wordpress.com/2015/04/02/quand-un-universitaire-roule-pour-le-mouvement-fascisant-egalite-et-reconciliation/
    avec le commentaire un peu fielleux de celui qui me l’a fait parvenir « ça commence à puer aussi du côté universitaire ».
    Vos travaux dont j’ai lu des résumés et consulté les entretiens que l’on peut voir, entre autres, sur le site « Egalité et Réconciliation » (c’est fâcheux mais personne ne peut aujourd’hui maîtriser ce que l’on fait de ses propos sur Internet, sauf à faire des procès en permanence), ne me paraissent pas relever de la qualification de populisme (ce terme est d’ailleurs employé dans plusieurs sens).
    A priori, j’ai tendance à penser que non, mais aviez-vous réellement accepté de donner une conférence pour Egalité de Réconciliation le 3 avril dernier à la suite de quoi vous avez été accusé de duplicité par les membres de votre laboratoire ? J’ai lu votre courrier antérieur de mise au point de septembre 2014, mais je n’ai pas vu de votre part un démenti sur cette participation.
    Merci de m’éclairer.
    Jean Lorant

      • Je conçois que la liberté d’expression ne se segmente pas. A cet égard, les lois mémorielles ne sont pas acceptables au sens où ce n’est pas au législateur d’écrire l’histoire. De même que n’est pas acceptable la décision en opportunité du Conseil d’Etat dans l’affaire Dieudonné – d’une manière générale, un humoriste flirte souvent avec la ligne jaune de la loi qui elle-même d’ailleurs varie dans le temps. En revanche, votre acceptation de toutes les invitations me paraît plus problématique. L’intellectuel universitaire que vous êtes doit, me semble t-il, opérer un tri dans les informations et mettre en œuvre son sens critique, y compris à l’égard des théories, hypothèses et méthodes qu’il utilise. Sans renier votre conception de la liberté d’expression, il est aussi de votre liberté d’établir des priorités pertinentes et de ne pas dire oui à tout.

  12. Bonjour, voici ce que je voudrais envoyer à L. Mucchielli et coobollateurs (êtes-vous d’accord) ?
    par ailleurs, je voudrai vous dire ce que je pense de VISA sans que ce soit publié, est-ce possible ?

    Depuis plusieurs années, je suis abonnée à la lettre « délinquance, justice et autres questions de société » et je vous remercie de partager votre travail avec le public. Par votre site, je suis également informée des analyses de Nicolas Bourgoin dont j’apprécie la lucidité notamment quant à la montée inquiétante de l’islamophobie et au confusionnisme d‘une partie de la gauche. Il est aujourd’hui l’objet d’une campagne de diffamation à laquelle vous ne pouvez qu’être sensible puisque vous êtes vous-même souvent ciblé.

    Dans le cas présent, les attaques viennent, non pas d’une droite réactionnaire mais d’une certaine gauche prétendument antifasciste et antiraciste qui reproche à Nicolas Bourgoin son soutien à Dieudonné, Alain Soral – entre autres citoyens diabolisés. Ces personnes seraient des suppôts de l’extrême-droite, ce que personne n’a encore réussi à démontrer rationnellement. Pour ma part, je suis – par principe éthique – opposée à toute stigmatisation contre qui que ce soit et pour quelque raison que ce soit même contre les personnes dont je n‘approuve pas les idées. Je m’efforce d’accorder mes actes à mes paroles même si c’est parfois très difficile et c’est-ce que fait Nicolas Bourgoin en débattant avec des personnes déclarées « infréquentables ».

    C’est pourquoi je suis profondément déçue par votre réaction face aux attaques contre un de vos coopérateurs. Au lieu de lui offrir votre solidarité, vous le censurez en le retirant de la liste des contributeurs de votre site et sans lui en parler. Ainsi, vous vous soumettez à ceux qui vous reprochent votre posture critique face aux atteintes aux libertés fondamentales. Je ne suis pas sûre que vous y trouviez plus de crédit auprès de ces censeurs de droite et de gauche. Ces derniers exigent toujours plus de docilité et jusqu’à la servilité. Je ne vous souhaite donc pas de vous soumettre à ce processus. Ce serait très grave pour votre indépendance et pour les citoyens qui ont besoin de vos travaux pour comprendre la politique sociale. Nous avons besoin de tous les contributeurs et également de Nicolas Bourgoin.

    J’espère donc que vous ne manquerez pas de clarifier la situation en rétablissant les références de Nicolas Bourgoin sur votre site. Je ne suis qu’une citoyenne modeste et retraitée mais j’ai toujours besoin du travail d’intellectuel-les honnêtes pour comprendre un système menaçant contre les libertés fondamentales et la démocratie.

    Mireille Baylet à Grenoble

  13. Bonjour , je ne trouve plus votre article « antifas : faux rebelles, vrais collabos » sur le blog . Bon courage dans votre travail .

  14. Ce qui est assez incroyable c’est que des gens se disant « progressistes » en arrivent à hurler avec les loups dès qu’il s’agit de s’attaquer à Dieudonné ou Soral, et même – par transitivité sans doute – à excommunier tous ceux qui leur reconnaissent des qualités. Si c’est ça être « de gauche », alors je ne le suis certainement pas ! La liberté d’expression « à la Staline » ou « à la Hitler » (liberté d’expression pour tous ceux qui pensent comme moi…), ça ne sert pas à grand-chose.

    Face à de telles incohérences, à une telle bassesse morale aussi, une seule solution : ne pas s’excuser, ne demander la permission à personne de penser comme on l’entend, mais au contraire montrer que, aussi bien chez Dieudonné que chez Soral, il y a de véritables éclairs de génie (entre quelques outrances propres à bien des génies…) et aussi des hommes libres et d’une haute stature morale. C’est en tout cas ce que j’ai choisi de faire et, je dois le reconnaître, un peu grâce à vous aussi :

    http://aitia.fr/erd/lantisemite/

    http://aitia.fr/erd/comprendre-lempire/

    Le combat ne fait que commencer…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s