Échauffourées à Nantes : Valls ressort l’épouvantail de l’ultra-gauche

En chute libre dans les sondages, Manuel Valls tente de redorer son image de ministre de l’Intérieur autoritaire et volontariste. Pour cela rien de mieux que la bonne vieille recette de l’ennemi intérieur : créer un état de panique morale en agitant une menace, puis la conjurer à grands renforts de déclarations musclées tout en renforçant au passage les dispositifs sécuritaires par de nouveaux décrets ou de nouvelles lois. L’islamiste, le Rom, Dieudonné et Soral ont ainsi servi, bien malgré eux, de faire-valoir au Ministre. Les affrontements violents ce samedi entre policiers et manifestants à Nantes contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes lui ont donné une nouvelle cible : l’ultra-gauche. En réalité, pas si nouvelle que ça…

En déplacement dans l’Essonne, le ministre de l’Intérieur a fermement condamné samedi soir les «exactions» commises à Nantes par un milliers de protestataires radicaux, en marge de la manifestation qui a réuni 20.000 opposants à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes dans les rues de la cité des Ducs de Bretagne, mettant en cause l’ultra-gauche et les « Black Bloc ». Les affrontements entre policiers et manifestants ont fait six blessés parmi les forces de l’ordre. Un camion de presse a même été attaqué et taggé durant la manifestation.  Selon Manuel Valls, « un millier d’individus de l’ultra-gauche, ainsi que des Black Bloc, très violents, se sont livrés à des exactions et à des violences intolérables: cocktails Molotov, boulons, pavés jetés sur les forces de l’ordre, détruisant des vitrines de magasins, saccageant un certain nombre de commerces, du mobilier urbain ainsi que l’entrée d’un commissariat de police ». Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, grand défenseur du projet et cible des opposants, a pour sa part, condamné les violences «avec la plus grande fermeté».

Après avoir déploré que «cette manifestation se soit transformée en véritable guérilla urbaine échappant totalement à ses organisateurs», Manuel Valls n’a pas manqué de rendre hommage «au préfet de la Loire Atlantique, aux forces de l’ordre, qui avec beaucoup de sang froid et de professionnalisme ont contenu cette manifestation».

Manuel Valls dans les pas de Michèle Alliot-Marie

On se souvient (peut-être) de l’affaire de Tarnac qui a mobilisé l’establishement politico-médiatique à l’automne 2008 : suite à des actes de sabotage commis par de jeunes anarchistes sur une ligne de TGV, des interpellations et perquisitions se multiplient, notamment au sein d’une communauté autonome vivant à Tarnac regroupant des marginaux hostiles à la société de consommation. Un certain nombre d’entre eux seront inculpés pour « association de malfaiteurs et dégradations en relation avec une entreprise terroriste ». Cette affaire a surtout été pour le pouvoir l’occasion de faire une démonstration de force destinée à créer l’effroi : pas moins de 150 policiers seront mobilisés pour interpeller une dizaine de jeunes gens étiquetés « terroristes » mais en réalité totalement inoffensifs. L’instruction, purement à charge, est entachée de nombreuses irrégularités : témoins sous pression et manipulés, témoignages contradictoires, pistes négligées par les enquêteurs, reconstitution bâclée, procès-verbaux mensongers – ces derniers feront  l’objet d’une plainte pour faux et usage de faux en écriture publique déposée par le groupe de Tarnac contre la police antiterroriste et donnera lieu à l’ouverture d’une information judiciaire en novembre 2011. Les services du renseignement étaient également sur les dents : ce groupe était considéré par la Direction Centrale du Renseignement Intérieur comme « potentiellement dangereux » et l’épicerie du village de Tarnac avait été placée sous écoute 8 mois avant les faits. Cette affaire hyper-médiatisée (elle a fait l’objet de près d’une centaine de dépêches à l’AFP entre la mi-novembre et la mi-décembre de cette année) a permis de ressusciter le terrorisme de l’ultra-gauche que le Ministre chiffrait à 300 activistes en France, et de faire ainsi utilement diversion au moment où la France était en pleine débacle financière.

Même cause, mêmes effets. L’aéroport de Notre-Dame des Landes, gabegie financière et monstruosité écologique, est une épine dans le pied d’un gouvernement déjà mal en point et le « casseur » arrive à point nommé pour disqualifier les opposants au projet, surtout quand il cumule le stigmate d’étranger avec celui de gauchiste : « cette violence venant de cette ultra-gauche, de ces Black Bloc, qui sont originaires de notre pays mais aussi de pays étrangers est inadmissible et elle continuera à trouver une réponse particulièrement déterminée de la part de l’Etat », a déclaré le ministre. Michèle Alliot-Marie n’affirmait-elle pas que la mouvance de l’ultra-gauche « a des relais à l’étranger » ?

On ne change pas une recette qui marche. Pris en tenaille entre les revendications populaires et les exigences des marchés financiers relayées par l’Union Européenne, ce gouvernement, tout comme le précédent, est en panne de légitimité. Incapable d’ébaucher la moindre réponse aux attentes de la population, ni de résoudre la crise économique, il en est réduit à instrumentaliser les anti-systèmes pour tenter de réactiver le mythe de l’union sacrée (des partis mondialistes) et, au passage, disqualifier les opposants à sa politique en les taxant d’antisémites, d’extrémistes ou de voyous. Que les forces de l’ordre aient laissé faire les casseurs et procédé à très peu d’interpellations tandis que les manifestants pacifiques étaient la cible de violences policières n’est, dès lors, guère étonnant. Quelle que soit la couleur du gouvernement, une seule ligne politique : défendre les intérêts de l’oligarchie, renforcer l’appareil policier et judiciaire. La question de la légitimité est d’autant plus problématique qu’il s’agit encore et toujours de gouverner au profit d’une minorité et aux dépens de la majorité.

Rejoignez-moi sur facebook : Combattre le Nouvel Ordre Sécuritaire

Publicités

2 réflexions sur “Échauffourées à Nantes : Valls ressort l’épouvantail de l’ultra-gauche

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s