Permis Internet, encadrement des réseaux sociaux, nouvelles lois contre les «cybermenaces»,… Valls veut un flicage intégral du Net.

L’affaire Dieudonné aura eu au moins un mérite : montrer les véritables intentions de Manuel Valls en matière de libertés publiques. Après avoir restauré la censure d’État et réduit la liberté de parole humoristique, il s’attaque maintenant à la liberté d’expression sur Internet. Il a compris que le formatage des consciences, pour être efficace, doit être mis en œuvre le plus tôt possible. Les élèves de fin de primaire auront donc droit à un programme de « sensibilisation » sur les dangers d’Internet initié par la Gendarmerie nationale et Axa prévention. Et avis à ceux qui décident de passer outre les barrières de la censure : comme si la profusion des lois anti-cybercriminalité votées depuis 10 ans ne suffisaient pas, le Ministre a annoncé la création, d’ici à quelques mois, d’un « arsenal juridique complet et solide » fortement dissuasif.

Image

« A partir de décembre 2013, les gendarmes des 38 Brigades de prévention de la délinquance juvénile (BPDJ) se déplacent dans les écoles pour lancer l’opération. Ces gendarmes, experts de la prévention en milieu scolaire, dispensent une sensibilisation en préambule de la formation. Ils remettent ensuite aux enseignants le kit pédagogique complet pour qu’ils prennent le relais de la formation.

A l’issue de ces sessions, le Permis Internet est remis à chaque enfant afin de marquer son engagement solennel à être un internaute responsable, en présence du Maire, des gendarmes, des enseignants, des représentants d’AXA Prévention et des parents : une chaîne unie pour accompagner les enfants dans un usage sûr et responsable d’Internet » (Lancement du Permis Internet pour les enfants, Axa prévention)

Infantilisation d’un côté, politique du bâton de l’autre. Manuels Valls a demandé à ses services (DGGN, DGPN) de lui proposer dans les prochains mois « une stratégie de lutte contre les cyber-menaces, ainsi qu’un plan d’action ».

« Seule une démarche globale peut nous permettre de prendre la mesure d’une menace globale », a  considéré Manuel Valls. « Cela passe par une démarche décloisonnée entre les différentes matières et les services ». Le message est clair : Internet ne doit pas échapper à la surveillance de l’État et doit être régulé, comme c’est déjà le cas pour le réseau Twitter. Et, comme le dit si élégamment Christophe Barbier, « les Chinois y arrivent bien».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s